Waam et dimensions

WAAM et DIMENSIONS
(Analyse de Jacques Pazelle -janvier 2003)

QUESTION 1: Notre WAAM est-il pentadimesionnel ou décadimensionnel ?
Je donne tout de suite ma réponse et j’argumenterai derrière :
Notre WAAM est décadimensionnel et chaque membre de la paire est submergé dans le même espace décadimensionnel. Donc le UWAAM est aussi décadimensionnel. Il y a juste inversion de certaines orientations d’axes entre notre WAAM et notre UWAAM. Encore une fois, j’étaye par une suite de références qui sont pour la plupart suffisamment claires pour se passer de commentaires.
REF
Ummo
Explications J. Pazelle
D21 DISTANCE RÉELLE DANS L’ESPACE DÉCADIMENSIONNEL
La distance réelle dans l’espace décadimensionnel à cette même date, suivant notre mesure: 3,685 années lumières
LA DISTANCE REELLE DANS L’ESPACE DECADIMENSIONNEL est une fonction de temps qui se mesure dans un espace de N. dimensions et qui présente une certaine périodicité. Sa mesure est très importante car elle est en relation avec nos voyages galactiques.
Dès la PREMIERE lettre Ummite la réponse est donnée : l’Univers est décadimensionnel. En fait seul le WAAM OU est décrit par cinq dimensions dans les lettres .
D41-15 OEMII: Le corps humain considéré dans ses dix dimensions (Trois qui définissent son volume, six qui expriment sa MASSE, et une que nos organes propriocepteurs évaluent comme le TEMPS)..
…/…337- DESCRIPTION DE L’OEMII (CORPS-SOMA).

Nous n’avons pas volontairement terminé l’énumération des facultés de la BUUAWAA (ME) et nous laissons pour plus tard la définition du troisième facteur de l’homme (OEMBUUAN) car nous devons avant vous expliquer notre concept de l’OEEMII.

Dans le continuum ESPACE-TEMPS (dénommé incorrectement par les physiciens de la TERRE), le corps humain est un « PLI » de plus dans l’espace (une dépression à travers une quatrième dimension) que nous
pouvons définir mathématiquement avec dix dimensions. En somme une MASSE. avec VOLUME et TEMPS associés. On ne peut concevoir le temps s’il est dissocié des autres magnitudes.

Le corps humain est propre à un WAAM. Donc il faut dix dimensions pour décrire un WAAM et les mêmes dix dimensions (avec une ou plusieurs flèches d’axes inversées) pour le UWAAM. On remarque également qu’il faut six dimensions pour décrire ce que nous nommons « la masse ».

L’univers est considéré, dans cette même lettre, comme un continuum MASSE-ESPACE-TEMPS. Des indices dans les lettres ([105]) me donnent à penser que les propriétés (CHAMP DE GRAVITÉ, CHAMP MAGNÉTIQUE, CHAMP ÉLECTROSTATIQUE, …) sont des dimensions à part entière dans le modèle Ummite. Nous mettons quant à nous tout cela dans le même sac comme propriétés d’un corps physique.

En fait, j’intuite également que le UWAAM est non seulement rétrochrone mais aussi anti-électrostatique vu qu’il est composé essentiellement d’antimatière qui n’est effectivement pas de l' »antimasse » mais une charge électrostatique inverse dans les composants principaux. Pour voyager en « nef » dans le jumeau il faut inverser simultanément au moins deux « axes » : le temps et le vecteur électrostatique. Le temps suffirait pour se projeter dans le Jumeau mais le contact avec l’antimatière ferait exploser la nef.

D41-11 Notre Cosmos est ce que vous appelez un Continuum espace temps (il nous a fallu 10 dimensions pour le définir mathématiquement). Nous pourrions spéculer en lui attribuant une infinité de dimensions mais nous ne sommes pas en mesure de le prouver.

De ces dix dimensions, trois sont perceptibles par nos organes sensoriels et une quatrième – LE TEMPS – est perçue psychologiquement comme un  » flux » continu dans le sens unique que nous appelons UIWIUTAA (flèche ou sens orienté du temps).

Au début nos deux cosmos jumeaux, WAAM ( le nôtre) et l’UWAAM (nôtre jumeau) étaient définis par un WAAMIAAYO (difficile de traduire: point ou origine d’une seule coordonnée qui serait précisément le temps). WOA a créé successivement le reste des dimensions mais n’interprétez pas ce « successivement » comme une succession temporelle ou spatiale, mais comme une relation « achrone ordinale », c’est-à-dire « ordonnée » en dehors du temps.

D45 CETTE LETTRE EST A LIRE ABSOLUMENT
D57 En premier lieu nos frères spécialisés en Cosmologie savent depuis longtemps que le WAAM (UNIVERS) n’est pas simplement un espace continu de quatre dimensions (les trois dimensions classiques plus le TEMPS).

Le WAAM réel est un complexe pluridimensionnel, nous n’en connaissons que dix dimensions.

Bien que vous puissiez imaginer que nos sens ont seulement accès à TROIS de ces dimensions (ESPACE PSYCHOLOGIQUE) et au Temps, ceci obéit à une simple mesure faussée du concept psychologique de PERCEPTION.

…/…

C’est bien la permutation d’un corpuscule en un autre, chose que vous avez déjà observé selon nos nouvelles, mais que vous ne savez pas encore contrôler. Ce n’est ni plus ni moins qu’un qu’UN CHANGEMENT D’AXE c’est à dire UN CHANGEMENT DE DIMENSION.

Quand la masse d’un proton disparaît devant vous pour se convertir en ENERGIE, ce qui est arrivé en réalité c’est que son AXE a subi un tour de 90 degrés AXIALEMENT à une dimension classique de l’Espace. Mais ceci est valable pour VOUS et votre SYSTEME de REFERENCE car pour un autre observateur situé dans la perspective de la Quatrième, cinquième ou sixième dimension (Note AJH: ceci détermine qu’il y en a plus de 5..) , ce qu’il observera est précisément le phénomène contraire:l’Énergie se concentre pour former une Particule qu’il appellera aussi PROTON.

En réalité vous êtes en train de vivre dans vos laboratoires de Physique ce qui a tant été rêvé aussi bien par les physiciens terrestres que par les auteurs de science-fiction: c’est à dire le « PASSAGE A LA QUATRIEME DIMENSION ». Un peu comme cette phrase que vous utilisez si judicieusement: parler en prose sans le savoir.

…..
D1378 Observez que nos rapports sont toujours didactiques. Nous avons dispersé à travers votre planète des documents évoquant des concepts qui sont pour vous inconnus, traitant du pluricosmos et de ses composants élémentaires décadimensionnels, les IBOZOO UU, mais sans vous fournir d’informations, de modèles mathématiques ou de données qui vous permettent de les exploiter..
QUESTION 2: Y a t’il un seul U-WAAM ou une infinité de U-WAAM (un pour chacun de l’infinité des WAAM, dont le notre: « notre » UWAAM) ?

Je réponds : Il y a une infinité de paires d’univers avec un U-WAAM différent pour chaque paire.
D357
Note 1 bis
Vous acceptez dans votre version de la science l’existence d’un seul Univers, bien que les auteurs de science-fiction de la Terre soient familiarisés avec la notion « fantastique » d’autres mondes et univers. Pour nous, la vision d’un cosmos multiface ou d’un multi-univers n’est pas qu’une simple spéculation mais, bien au contraire, est prouvée jusqu’à satiété. A tel point que nous réalisons nos voyages intragalactiques au sein du cosmos le plus voisin du nôtre.

Permettez-nous de nous étendre sur ce point. Nous appellons WAAM-WAAM le faisceau ou ensemble d’univers existants que nous estimons en nombre infini (bien que nous n’ayons pu le constater, n’ayant détecté qu’une partie d’entre eux). La caractéristique primaire qui les distingue chacun est la vitesse d’un quanton ou unité discrète d’énergie électromagnétique en leur sein.
En réalité, il s’agit d’une famille de paires de cosmos, de WAAM.

Il y a donc bien une « infinité » de WAAM, une infinité de couples « Jumeau-AntiJumeau »
D357 Chaque paire sera formée de matière prédominante ou d’antimatière prédominante, sans que cela implique que dans un WAAM [NE ?] puisse exister en plus d’une masse positive, une masse négative, et dans un des deux membres du couple : une masse imaginaire dont la vitesse limite est la vitesse limite du quanton E-M (électro-magnétique). ? ? : J’aurais aimé avoir le texte original. J’ai rajouté [NE] au texte ci-dessus par simple inférence logique avec la suite. Je comprends que chaque membre du couple possède en grande majorité un type de masse, positive OU négative selon le cas MAIS qu’il peut également y avoir de la masse contraire en faible quantité de chaque côté.

Je comprends également que la masse imaginaire n’existe que dans l’une des deux composantes. Cela me choque un peu car il y aurait « brisure de symétrie », l’une des deux composantes étant privilégiée aux dépends de l’autre.
D357 De cette façon est invariant, dans les deux WAAM cosmiques, tant la tridimensionnalité du système (longueur, largeur, hauteur) que l’existence de quatre types de masse :

+ m, – m, + racine( -m), – racine(-m).

Observons cependant que, tandis que dans les deux se manifestent les dimensions de longueur et de temps et que les deux types de masse réelle puissent s’isoler dans les deux WAAM, avec une prédominance élevée dans chacun d’eux de signes respectifs de masse M irréelle. (Le terme irréel doit s’entendre sémantiquement sur Terre dans le langage mathématique, c’est-à-dire irréel, il ne faut pas l’interpréter comme inexistant, mais comme situé dans un autre cadre).

? ?. Là encore le texte original serait bienvenu. Le dernier paragraphe est confus, le « TANDIS QUE » n’a pas de contrepartie dans la phrase. Il me semble qu’il manque un bout avant la fin de la première phrase.
D357 Il est clair qu’il peut exister autant de couples de cosmos que de vitesses du quanton électromagnétique (cosmos et anticosmos gémellaire).
Une paire d’univers est donc caractérisée par la vitesse d’un quanton électromagnétique (photon) en son sein. Donc : La vitesse de la lumière est la même dans notre Univers et dans le Jumeau.
L’intérêt d’emprunter le Jumeau pour voyager ne réside que dans l’intérêt de pouvoir emprunter un raccourci en se servant d’un pli propice ou « de conditions isodynamiques favorables ». Ceci pourrait expliquer le mot isodynamique = soumis à des forces symétriques. Notre Univers et son jumeau sont isodynamiques. Cette symétrie est rendue possible par une vitesse du quanton électromagnétique identique dans les deux membres de la paire.

Reste à savoir si les deux membres sont synchrones ou rétrochrones (i.e. si la flèche du temps est la même dans les deux ou si, comme le dit JP-P, les deux flèches sont inverses). Pour cela il faut puiser dans la lettre 41-15
D41-15 334 -1: NAISSANCE OU GENESE DU COSMOS

Aujourd’hui nous savons qu’il n’existe pas qu’un seul Cosmos ( le nôtre ), mais un nombre infini de paire d’Univers. La dualité qui existe aussi dans la génèse cosmologique. La différence entre les éléments A et B de chaque paire consiste dans le fait que leurs structures atomiques respectives diffèrent au niveau du signe de la charge éléctrique (vous employez incorrectement les termes de matière et d’antimatière).

Par exemple notre Cosmos jumeau existe aussi mais: 1) dans ses atomes l’écorce est formée par des électrons positifs ( positons) orbitaux et son noyau par des antiprotons.

Ca c’est l’antimatière au sens ou nous l’entendons.
D41-15 Jamais ces deux cosmos ne pourront être en contact et croire qu’ils peuvent se superposer n’a pas de sens car ils ne sont pas séparés par des relations dimensionnelles, (c’est-à-dire qu’affirmer qu’ils sont séparés par x années-lumières ou que leur existence est simultanée dans le temps n’a pas de sens).
Les deux cosmos jumeaux possèdent la même masse et le même rayon correspondant à une Hypersphère de courbure négative.
On se recolle ici à la théorie développée par JP-P.
D41-15 Mais les deux univers jumeaux jouissent de singularités différentes (autrement dit: dans notre cosmos jumeau il n’y a pas le même nombre de galaxies et celles qui y sont n’ont pas la même structure.)

Il n’y a pas donc un autre UMMO jumeau ni une autre TERRE jumelle comme vous pourriez le croire suggestivement. Cette dernière conclusion n’est pas hypothétique et nous vous en donnerons la raison.

Les deux cosmos furent « créés » simultanément, comme nous l’expliquons plus loin, mais leurs flèches de temps ne sont pas orientées dans le même sens.C’est-à-dire qu’il est illogique de dire que ce cosmos coexiste avec le nôtre dans le temps ou qu’il existait avant ou qu’il existera après. On peut seulement dire qu’il existe mais non pas maintenant, avant ou après. Par contre son intervalle d’évolution sera parallèle ou égal au nôtre. Prenons un exemple fictif: Supposons qu’un homme d’une autre planète dans notre cosmos jumeau vive éternellement. S’il mesure le temps sur son horloge qui court depuis la naissance de son univers jusqu’à ce qu’il se transforme en tourbillons de radiations, son temps sera égal au nôtre. (Autrement dit, la paire naît et meurt simultanément. NDT)

C’est là que la notion de rétrochronicité est ambiguë. « La flèche du temps n’est pas orientée dans le même sens » ne veut pas dire « les flèches du temps sont inverses ». Pourtant c’est tentant de le croire par simple raison de symétrie qui justifierait l’existence d’un jumeau et d’un seul par inversion de la flèche du temps. Cela ne veut pas non plus dire que dans le cosmos jumeau on court à reculons mais qu’il existe un décalage au niveau d’un axe (ici le temps) de 180° ce qui suffit à rendre symétriques les deux composantes par rapport au temps (les axes 3D et le fameux OAWOO w gardant les mêmes orientations respectives dans chacune des deux composantes de la paire).
D41-15 On pourrait raisonner de même pour l’infinité de paires de Cosmos qui existent dans le WAAMWAAM (Pluricosmos). Nous observons que l’image du Pluricosmos ne peut ressembler à un Univers (au sens de Cosmos). Dans celui-ci les galaxies se déplacent comme des îles flottantes dans une immense mer. Seulement cette « mer » est une sphère aux multiples dimensions, mais on peut parler de distances intergalactiques et même de gaz qui remplissent les espaces intergalactiques. En échange, il est beaucoup plus difficile d’imaginer le WAAMWAAM car les paires de cosmos sont submergées dans le NÉANT. Il est inutile d’imaginer qu’il existe des distances ou que ces distances sont nulles. Une telle image serait illusoire. Mais il y a quelque chose qui frappa de stupeur nos scientifiques quand ils en firent la découverte: notre Cosmos jumeau exerce son « influence » sur le nôtre quoiqu’ils ne soient pas liés par des relations d’espace-temps.
Les fameux plisssements, ou altérations isodynamiques de l’espace !
D41-15 Grâce à l’analyse de cette influence nous avons pu deviner l’existence de l’autre univers comme vous même avec un simple récepteur de télévision devinez le passage d’une voiture par l’interférence que l’antenne intercepte. Par supposition, notre Cosmos doit influer aussi sur l’autre dans les mêmes conditions. L’asymétrie de cette influence nous a révélé que ce Cosmos a une autre répartition de Galaxies.
Cette asymétrie et la non-connaissance parfaite de la répartition des masses dans le Jumeau et (sans doute) des lois exactes qui régissent l’influence de l’un sur l’autre, expliquent l’impossibilité d’une prédiction exacte des conditions isodynamiques favorables à un voyage spatial. Et encore ces conditions isodynamiques « favorables » doivent dépendre de l’endroit où l’on veut aller.
Ce que j’imagine, mais c’est pure spéculation de ma part, c’est que notre galaxie, par sa masse, introduit un fort plissement à l’endroit symétrique dans le Jumeau en le repoussant localement. Ce plissement est animé de fluctuations élastiques plus ou moins chaotiques et il faut attendre d’être au plus près d’un pic de plissement pour voyager au plus vite.

Par contre le « pic » s’estompe ou s’affaisse aux endroits où il y a du vide chez nous : entre les galaxies. Les condition isodynamiques pour voyager entre deux galaxies sont ainsi continuellement défavorables (on n’irait pas plus vite en passant par le jumeau). Ceci pourrait être une réponse au « pourquoi les Ummites n’ont-ils pas pu explorer des systèmes stellaires extra-galactiques ? »

QUESTION 3: Peut t’on relier la « structure  » des Ibizoo UU à celle des dimensions du WAAM ?

Ma réponse à cette question est : Je pense que les 10 dimensions du WAAM découlent directement d’une « structure » également décadimensionnelle des Ibozoo UU. Voici ce qui m’a amené à cette conclusion : Jusqu’à présent je n’avais pas suffisamment d’éléments de réponse mais récemment Denis Boland et Vincent Morin ont fait allusion aux « quaternions » dans leurs posts et il me semblait bien y avoir lu une référence dans les lettres. Je l’ai trouvé dans la lettre 59.

D 33-1 OEMII: Le corps humain considéré dans ses dix dimensions (Trois qui définissent son volume, six qui expriment sa MASSE, et une que nos organes propriocepteurs évaluent comme le TEMPS). En premier lieu je rappelle la lettre 33-1 définissant un peu les 10 dimensions de L’OEMII

Nous avons donc un Univers en 10D {x, y, z, t, m1, m2, m3, m4, m5, m6 } où {m1, m2, m3, m4, m5, m6} est un vecteur hexa-dimensionnel représentant la masse.

D 59 Vous avez mesuré la Masse du PROTON, de l’ELECTRON, de nombreux MESONS et HYPERONS ou vous avez constaté la MASSE nulle du NEUTRINO ou du PHOTON. Nous corroborons l’existence de ce que vous appelez PARTICULES, et nous confirmons que la mesure de leur masse au repos relatif, réalisée par vous, est correcte. Notre différence apparaît au moment d’interpréter la véritable nature de ces prétendues particules (nous serons plus explicites ensuite).

Voyons maintenant un exemple de différence quant à l’évaluation du CONCEPT.

Vous connaissez un paramètre important que vous appelez SPIN ou MOMENT INTRINSEQUE et vous « savez » qu’il est quantifié par cinq mesures. (Quelques Physiciens de la Terre ont interprété ce SPIN comme ROTATION de la PARTICULE en lui assignant un MOMENT pour sa mesure).

Par contre, nous, nous savons qu’une telle ROTATION N’EXISTE PAS, et que la quantification de sa valeur est une erreur, car si dans un cadre tridimensionnel le nombre de valeurs est fini, les orientations possibles du quaternion d’OAWOO » que vous interprétez comme SPIN, ne peuvent jamais être mesurées comme discrètes sinon comme ce que vous appelleriez une grandeur CONTINUE.

4 des 6 axes de la Masse concernent ce que nous regroupons sous le terme de « SPIN ». Réécrivons donc le vecteur de la masse M = {m1, m2, s1, s2, s3, s4} avec S = {s1, s2, s3, s4} étant le fameux quaternion d’OAWOO représentant le SPIN.

Il nous reste donc à rattacher m1 et m2 avec des concepts ou des grandeurs qui nous sont familiers. Je subodore pour ma part qu’il pourrait s’agir du champ magnétique (m) et du champ électrostatique (e) à la lecture de la lettre 105.

D105 Pour les êtres vivants l’écoulement du TEMPS ne signifie pas autre chose que une « conversion » d’un réseau d’IBOZOO UU potentiellement liés, comme MAGNITUDE TEMPS en MAGNITUDE autres (telles que CHAMP DE GRAVITÉ, CHAMP MAGNÉTIQUE, CHAMP ÉLECTROSTATIQUE, LONGUEUR et MASSE). En employant une comparaison grossière mais didactique, vous pourriez traduire ceci par le fait que les ÊTRES VIVANTS « s’alimentent  » du TEMPS déjà passé, « dirigeants » [Note de PAZ : plutôt « digérant » = « digeriendo » en espagnol au lieu de « dirigiendo »] celui-ci et transformant, grâce à un curieux mécanisme métabolique, le TEMPS en MASSE et autres « sous-produits ». Nous observons ici un processus d’addition. Au contraire, les êtres AAIODII IOWAA (Choses (seres) inertes comme vous diriez) tels une molécule d’argon, un aérolithe, ou un faisceau de micro-onde, se caractérisent parce qu’ils dégradent leur propre complexité. Ce que les physiciens de la terre ont déjà observé quand il définissent les lois de la thermodynamique et formulent des concepts tels que L’ENTROPIE ( variations de chaleur par rapport à la température) et DÉGRADATION THERMIQUE DE L’UNIVERS, ont une signification un peu différente pour nous.
Les choses (seres) non vivantes se caractérisent parce que leur propre réseau d’IBOZOO UU subit un lent processus de  » rotation  » dans leurs  » AXES « . Les chaînes d’IBOZOO UU qui antérieurement possédaient des caractéristiques de masse se dégradent d’abord en énergie avec une longueur d’onde croissante et finalement en TEMPS. Selon ce concept, la fin du WAAMM (cosmos) ne serait pas comme le présument quelques cosmologues humains de la Terre, « un terrible océan de radiations thermiques », mais plutôt un univers déconcertant dans lequel seulement le temps comme dimension aurait sa demeure, sans qu’aucun être vivant ou chose (ser) inerte, puisse subir son flux, « sa flèche ».
Le premier paragraphe nous parle de champ de gravité, champ magnétique et champ électrostatique comme de magnitudes au même titre que le temps.
J’aurais tendance à penser que le champ de gravité (g) est un des quatre OAWOO du spin que nous n’avons pas encore réussi à discerner ou que nous considérons comme intrinsèque à la masse. Par contre nous savons assez bien créer et manipuler des champs magnétiques et électrostatiques.
Quoiqu’il en soit, au total, on aurait donc un univers 10D modélisé comme un asemblage d’I.U. définis par un « décuplet » d’OAWOO {x, y, z, t, e, m, g, s1, s2, s3}

x, y, z représentent le volume 3D qui nous est familier
t représente le vecteur (la « flèche ») du temps qui s’écoule inexorablement
e représente le vecteur du champ électrostatique d’un réseau d’I.U. potentiellement liés (un objet pour simplifier)
m représente le vecteur du champ magnétique associé à ce même objet
g représente le vecteur du champ gravitationnel de l’objet (toujours centripète dans notre WAAM)
s1, s2, s3 restent des inconnues que j’inclue avec g dans le « spin » des particules composant notre objet.

On peut se poser également la question : Comment est « orienté » l’Univers Jumeau par rapport au notre en fonction de ces vecteurs ?

* D’après les indications des lettres on aurait au minimum t* = -t (univers rétrochrone) et e* = -e (Univers d’antimatière où la charge électrique des particules est à l’opposé de celles qui constituent notre matière ordinaire). Ainsi l’inversion des Ibozoo UU pour accéder au Jumeau devrait au minimum influer sur ces 2 OAWOO.

* On peut également imaginer une orientation en t* = -t et M* = -M {-e, -m, -g, -s1, -s2, -s3}. On aurait objectivement un Univers d’antimatière au sens strict (« Ummite ») du terme. A ce niveau, le Jumeau serait effectivement « anti-gravitationnel » par rapport au notre et aurait tendance à influer sur le notre en le repoussant (comme le pense JP-P).

* Ou alors, soyons totalitaires et imaginons une inversion globale des OAWOO en {-x, -y, -z, -t, -e, -m, -g, -s1, -s2, -s3}. On aurait alors un Jumeau énantiomorphe dans les 10 dimensions « retourné comme un gant » par rapport au notre. Ca doit faire une drôle de sensation aux Ummites dans la nef quand l’inversion survient. à côté de ça les Space Mountain et autres manèges à sensations fortes doivent être de la rigolade !

Que l’Univers est grandiose, sous l’éclairage de la science Ummite. Rien que pour la poésie de la description on en redemande. Moi je dis « merci WOA d’avoir créé tout ça si beau que ça ».

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s