Antiquité

Despotisme de WIE 1.

Voir aussi : [Ummo : Histoire] [Mort de IEE 456]

Elle se présentait au pied d’un volcan, perchée et assise dans les branches d’un IXXISOO (espèce arboricole très touffue), et faisait venir pour contempler sa figure infantile, des centainesde milliers de sujets, qui devaient se présenter devant elles dévétus, et avec la tête et le visage recouverts de EYOUGII ( ne substance gélatineuse qui produisait des brûlures sur leur épiderme).

Les serviteurs de son corps, étaient tous des humains consacrés à la Science.
C’était un honneur de lui mettre la tunique de couleur orange, symbole de son pouvoir, ou d’introduire dans sa bouche le XUUXU, un long tube flexible par lequel elle aspirait des jus.

Son égolatrie atteignit un sommet.
Elle projette un plan grandiose d’industrialisation, visant à se procurer l’Energie provenant de IUMMA (le soleil) pour la fabrication de biens de production, et d’immenses quantités d’instrumen,ts pour la recherche, dans différents domaines de la Physico-Biologie.

Des agents (des policiers) fouillaient les demeures souterraines de tout le continent, arrachant les hommes et les femmes de leur foyer ( à cette époque il était courant de vivre en communautés de quarante à quatrevingts OEMMII, les YIEE (femmes) et leurs époux et enfants mélangées avec les membres d’autres familles, résidant tous ensembles dans un hall circulaire souterrain).

Les agents arrivaient, sélectionnaient les OEMMII au hasard, les dépouillaient de leurs vêtements, les entassaient dans de gigantesques véhicules multipodes vers un destin qui leurs était inconnu ; pour eux : des camps de travail.

Pendant le trajet, on les sélectionnait en leur marquant un numéro, avec des caractères mettalliques incandescents, sur le front et sur les fesses, et on leur fournissait un vêtement qui les couvrai soulement jusqu’à la taille.
Ensuite on leur badigeonnait le reste du corps : les organes génitaux, les fesses, les cuisses et les jambes, avec une substance plastique transparente, n’épargnant seulement que les orifices qui leur permettait d’effectuer leurs évacuations physiologiques.

Un de ces pauvres hères fut UMMOWOA. Mélé à une multitude de GEE (hommes) et YIEE (femmes), et destiné à travailler à la construction d’une giganteesque centrale solaire, dans l’immense plaine de SIIIUU.

Ils devaient creuser de longues et énormes tranchées de section paraboliques, qui recouvertes de métal réflecteur, serviraient pour concentrer les rayons de IUMMA et produire de l’énergie par conversion dans des circuits liquides. (d792, 1988 )


Son raffinement à faire souffrir ses sujets esclaves, dépassa tout ce qui était imaginable sur UMMO.

En premier lieu, elle ordonna que ses matières fécales soient ingérées par tous ses sujets comme signe de soumission.
Ses tuteurs terrorisés par la réaction imprévisible de l’enfant s’ils s’opposaient à ces désirs, lui firent voir avec des explications simples, qu’il était impossible de réussir à ce qu’une masse fécale si réduite, puisse être distribuée aux millions d’habitants de l’Astre froid.

Il fallut qu’une commission de serviteurs intellectuels se réunisse pour chercher une solution au problème, puisqu’elle menaçait d’effectuer un épouvantable génocide, ne laissant la vie qu’à ceux qui auraient eut la chance de consommer ses excréments.

Finalement on trouva la solution qui lui donna satisfaction. Les selles de ses serviteurs, des membres de la police, des hauts dignitaires locaux et de toute la structure sociale dirigeante du Réseau Social de UMMO, furent mélangées avec une dilution de degré infinitésimal, dans d’immenses quantité d’eau, des dejections du tyran.

Les ordres édictés pour exécuter cette exigence, furent à l’origine de nombreuses révoltes parmi les travailleurs esclaves, beaucoup de ceux ci étaient de brillants scientifiques. la brutale police étouffa le soulévement, tuant des milliers d’innocents en leur enfouissant la tête dans du fumier d’animaux. (d792, 1988 )


Cette très jeune fille qui savait seulement se baigner dans les essences de IWA (plante aromatique de UMMO) et dont le suprême divertissement consistait à faire sauter les typans de ses infortunées servantes en introduisant, quand elle était en colère, des graines de UGUUAXIIA (arbuste) dans les oreilles, commença sa dictature en ordonnant de cautériser les sinus de son professeur de WUA (mathématiques) et de châtrer un des plus fidèles chefs militaires de sa mère.

A la surprise générale de tous ceux qui suspectaient le manque d’intéret pour tout ce qui était science ou philosophie, (sur ce point l’héritage génétique de la mère fut nul) et par un curieux respect à l’égard de la mémoire de la mère, elle nomma une commission d’experts, en les contraignant par la menace de cruelles représailles, de continuer le grandiose et brutal plan de recherches que sa mère commença à une échelle universelle.(d43, pas de date)

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s