BAYIODUU

 

ANALYSE 2

Krypton et Bayioduu
(extraits)

Les extraits concernant l’OEMBUUAWU (réseau d’atomes de Krypton de l’encéphale) sont en vert

Les extraits concernant le BAYIODUU (réseau d’atomes de Krypton ADN) sont en rouge

357 C’est précisément le comportement de la couronne électronique de ces atomes de krypton, échappant à l’indétermination probabiliste propre aux autres atomes de ce même élément chimique, qui fait de cet ensemble un « pont » entre ce Cosmos et le BUAUEE BIAEEII (esprit collectif ou WAAM limite).
…/…
la présence d’une séquence d’atomes de krypton dans une structure souscorticale de l’encéphale.
…/…
Chez vous mêmes nous avons pu isoler des réseaux de krypton bien que de répartition spatiale différente
…/…
La chaîne d’atomes de krypton (OEMVUAUFB) exerce seulement une fonction de transporteur de données (canal).
…/…
(N’oubliez pas que le OEMVUAUFB est seulement apparemment matériel en tant que substrat atomique de krypton).
…/…
731 BAA IODUHU est un réseau d’atomes de krypton. Sa fonction et le processus de captage d’information est analogue à celle de l’OEMBUUAWU (O.) : il s’agit d’atomes d’un gaz très stable dont le cortège électronique ne se comporte pas comme ceux des autres atomes du système des éléments chimiques (c’est-à-dire régi par les lois quantiques du hasard).

…/…

Un réseau microphysique d’atomes de krypton agit comme une valve ou un canal d’information qui met en relation l’organisme avec le WAAM dont nous parlerons tout de suite. Ce WAAM code toute l’information obtenue par les êtres vivants, c’est celui que nous appelons la PSYCHÉ COLLECTIVE

…/…

Le WAAM OU, que nous pourrions appeler dans votre langue l’UNIVERS DES FORMES, dirige les modèles de la civilisation dans la chaîne arborescente du phylum (les branches ou espèces) des êtres vivants. Quatre-vingt-six atomes de krypton sont capables décoder toutes les formes possibles et viables d’êtres vivants (étant toujours entendu que toute cette information n’est pas réellement enregistrée dans le nuage électronique des atomes de Kr, mais que celui-ci reçoit de OU le modèle dont a besoin chaque chromosome (séquence de nucléotides capable de répliquer plusieurs protéines). .

…/…

Chaque saut d’un électron à l’intérieur d’une sous-couche orbitale représente (c’est-à-dire: code) un phylum possible. Les autres atomes de krypton décodent la structure anatomique de cette espèce.

…/…

L’OEMII et BB OU . Mais l’homme (OEMII) est un être qui se distingue des autres en ce que, en plus du BAAIYODUU, son cerveau possède un autre nuage d’atomes de krypton : l’OEMBUUAUW (O.).

…/…

L’effet frontière IYODUHU (B.I.) est encore plus complexe que celui découlant de l’action intercosmique. BAA IYOODUHU était considérée dans l’antiquité comme un réseau d’atomes de krypton capables de recevoir l’information et d’engrammer des patrons phylogénétiques d’êtres vivants. De façon évidente B.I. n’est pas uniquement un minuscule nuage d’atomes de krypton (86 pour chaque groupe de gènes) mais également une symbiose entre ce réseau d’I.U. et le B.B OU. . Chaque paire d’atomes de Kr a une fonction spécifique. L’un d’eux code l’information qui est imprimée dans le WAAM OU au sujet de l’orthogenèse des êtres vivants. Autrement dit, il code les patrons possibles de végétaux, d’animaux et d’êtres bioélémentaires.
L’autre atome de la paire capte l’information du milieu. Cette information arrive en provenance d’une petite masse d’eau intracellulaire ou cytoplasmique et aussi intranucléaire. Autrement dit, ce sont les molécules d’eau qui captent les trains d’ondes de diverses longueurs, non seulement celles de fréquence analogue aux dimensions de la molécule, mais également des longueurs d’onde métriques. La seconde source d’information est celle des biomolécules et des oligoéléments chimiques qui passent à travers la membrane cellulaire.
Ce même atome a une deuxième fonction. Les sauts quantiques au sein de cet atome altèrent le métabolisme du noyau, en ionisant l’eau du noyau et en modifiant ainsi le code du génome (en produisant, dans la séquence de nucléotides qui forment la chaîne de l’A.D.N., des mutations contrôlées). Nous voyons que le génome d’un exemplaire de l’espèce est soumis à divers types d’influence des mutations sauvages produites par exemple par une radiation ionisante d’origine extérieure, ou par un spécimen viral, ou par un ensemble de molécules mutagènes. Ceci en premier lieu.
Dans ces cas, le nouveau phénotype est normalement régressif, et l’individu meurt de ne pas pouvoir supporter la pression agressive du milieu écologique (il s’agit naturellement d’individus tératoformes).
D’autre part des MUTATIONS dirigées orthogénétiquement par le B.I. qui donnent lieu à une gamme restreinte de phénotypes progressifs, plus résistants envers le milieu, puisqu’il s’agit d’êtres plus évolués (indice de néguentropie : positif). Naturellement, bien que rares, les mutations du premier ordre : les sauvages, peuvent aussi être positives, mais s’il n’existait pas cette modulation de B.B. OU, l’évolution des êtres vivants dans une biosphère attendrait de nombreux milliers de millions d’années pour se développer en s’appuyant seulement sur les lois du hasard, comme le postulent certains généticiens d’OYAAGAA (la Terre).

105 Les informations captées par nos voies sensorielles ne s’enregistrent pas seulement dans nos mémoires physiques. Un réseau de DIUIAA (Gaz Krypton) reçoit du BIAMOASII (une structure biologique pas encore détectée par les anatomistes et physiologistes de la terre) cette information d’une forme très particulière. Les impulsions nerveuses provoquent la décomposition d’une enzyme. Cette réaction est de caractère exothermique. À son tour la fonction thermique générée par ce processus induit une altération de caractère gravitationnel (NdT -1) d’une très haute fréquence, qui se traduit par l’excitation de ces atomes de krypton, à travers d’autres atomes d’HÉLIUM. Le résultat est un effet de résonance entre un réseau d’atomes d’hélium et le réseau de krypton cité, et l’altération qui s’ensuit des états quantiques des deux réseaux d’ IBOZOO UU (nous autres nous concevons les atomes comme des réseaux d’IBOZOO UU). Le BUUAUAA (esprit individuel) fixe ainsi cette INFORMATION, mais « non codée  » en un système mathématique (codification numérique BINAIRE )
84 Notre société est profondément religieuse. Nous croyons en un Créateur (WOA) ou Dieu et nous avons des arguments scientifiques en faveur de l’existence d’un facteur que vous appelleriez « l’âme ». Nous connaissons un troisième facteur qui la lie au corps et qui est constitué par des atomes de krypton logés dans la masse encéphalique.
43 De fait notre profonde connaissance des mécanismes physiologiques qui régulent la vie de l’homme nous permet d’agir sur celle ci avec des procédés plus techniques et plus adaptés que ceux que vous utilisez par les médicaments, la neurochirurgie ou les techniques de yoga et d’autosuggestion. De ceux-ci nous parlerons prochainement et peut être serez vous en admiration devant l’avance obtenue en pouvant agir sur les atomes mêmes de DIIUYAA (Krypton) de l’OEMBUUAW.
41-15 L’OEMBUUAW est composé simplement par un petit groupe ou constellation d’atomes DIIU YAA [L] (krypton) ; ce gaz est formé d’atomes inertes (incapable de se combiner chimiquement). Dans leurs orbites on compte 36 électrons dont 6 qui se trouvent dans l’écorce extérieure et deux dans la suivante. Vous pouvez observer que le nombre atomique est multiple du nombre atomique du carbone (douze) et de l’hélium (deux). Il est capable d’entrer en résonance OWEEU OMWAA [L] avec ces éléments, avec une fréquence correspondant au troisième HARMONIQUE de la FONDAMENTALE du CARBONE et la SIXIÈME HARMONIQUE de la fréquence FONDAMENTALE DE L’HÉLIUM. (Le OWEEU OMWAA [L] est un effet cortical de l’atome que vous ne connaissez pas encore et il ne faut pas le confondre avec l’émission d’énergie à diverses fréquences par l’écorce électronique et que vous mesurez à l’aide des spectres d’émission caractéristiques pour chaque atome).

La localisation de ces atomes de krypton dans le corps humain est très difficile pour les raisons suivantes :
1 – ILS NE SONT PAS COMBINÉS AVEC LE RESTE DES COMPOSÉS ORGANIQUES DE L’OEMII (corps humain).
2 – LEUR NOMBRE EST TRÈS RÉDUIT (nous en avons compté 16) À L’INVERSE DES AUTRES ATOMES (carbone, azote, oxygène etc…) QUI SE COMPTENT PAR TRILLIONS.
Mais ne croyez pas que le nombre d’atomes de krypton est si réduit. Nous pensons qu’il en existe des centaines de milliers (même ainsi le chiffre est faible) localisés dans le LOBE TEMPORAL du THALAMUS, dans l’HYPOTHALAMUS et dans d’autres zones de l’ÉCORCE CÉRÉBRALE. Ce sont les impulsions nerveuses qui, grâce aux différents atomes de carbone et d’hélium dont les états QUANTIQUES ont été excités (image B), modifient par résonance les états ordinaires de fréquence Zéro (onde plane) de chaque atome de KRYPTON par effet OWEEU OMWAA [L] . Ainsi les messages de la mémoire, par exemple, vont s’encoder dans ces atomes en forme d’ONDES (déja mentionnées dans l’image D).

Le BUUAWAA (ÂME) a donc connaissance de tout ce que captent nos sens et de tous les processus mentaux développés dans notre cerveau grâce à ces ATOMES DE KRYPTON : mais de plus, grâce à eux, l’âme agit sur le corps en développant un processus inverse dont l’ultime phase est constituée par les impulsions motrices qui activent nos muscles.

58 Nous vous conseillons de suivre dans les paragraphes suivants cette passionnante explication consistant à spécifier la fonction qu’adopte dans ce processus la série de 86 paires d’atomes de KRYPTON découverte par nous sous le nom de BAAYIODUU.

../..

On avait découvert depuis longtemps que dans l’encéphale de l’homme il y avait des atomes de krypton (un gaz noble que vous connaissez) et il parvint à révéler la transcendance de cette découverte. Il s’agissait tout simplement de l’OEMBUAW, TROISIÈME FACTEUR DE L’HOMME, que vous ne connaissez pas et qui exerce la fonction de trait d’union entre l’ÂME et le CORPS (BUAWAA et OEMII).

…/…

69 XEE auparavant [18 mois terrestres environ NdT], INNAI 3, fils d’INNAI 2, en réalisant des expériences de fécondation en laboratoire avec des spermatozoïdes d’AAGA IEGOSAA (antropoïde ressemblant aux singes terrestres) sur des ovules de YIE (femelle humaine), avait pu vérifier la position spatiale des atomes composant un sucre que les chimistes terrestres appellent désoxyribose et que nous connaissons comme UUDUA GOO. Les molécules de ce sucre se trouvaient à l’intérieur du noyau de l’ovule de la femme. Il fut stupéfait de découvrir la présence de nombreux atomes de Krypton . 58-2f8 Ceux-ci se trouvaient aux extrémités de la chaîne hélicoïde de l’acide DÉSOXYRIBONUCLÉIQUE en formant plusieurs paires (figure 58-2f8) (au total 86 ensembles bi-atomiques) qui tournaient sur des orbites communes et les plans orbitaux, sensiblement parallèles, jouissaient d’un AXE commun (l’axe A-B sur la figure 58-2f8). Cet axe décrivait en même temps un mouvement vibratoire harmonique dont la FRÉQUENCE ET L’AMPLITUDE étaient fonction de la TEMPÉRATURE (0,2 Mégacycles pour une température de 35° centigrades terrestres). On n’avait pu jusqu’à présent détecter de telles séries ordonnées d’atomes de gaz KRYPTON que dans les cellules germinales de l’homme et chez les animaux pluricellulaires; mais plus tard la découverte fut étendue au reste des cellules. Comment se fait-il que nous n’ayons pas découvert plus tôt ces atomes ? Il faut tenir compte du fait que même s’il s’agit de 86 atomes, ces chiffres sont infimes pour pouvoir être facilement contrôlés et détectés. Souvenez-vous que dans un millimètre cube de gaz Krypton très raréfié on peut compter statistiquement jusqu’à un chiffre de l’ordre de mille millions d’atomes libres. La première hypothèse de notre scientifique fut d’identifier ce krypton avec l’OEMBUAW (troisième facteur de l’homme déjà cité) mais à sa grande surprise il ne trouva aucun symptôme de codage électronique dans ses niveaux énergétiques subatomique.

…/…

Lui-même avait formulé au début une première hypothèse qui s’écroula piteusement, mais il eut la gloire de découvrir enfin le vrai sens de la fonction du de l’AAYIODUU, comme nous appelons la séquence de 86 atomes de KRYPTON.

…/…

Les conclusions des biologistes terrestres sur les chromosomes ne différent guère du concept que nous avons, depuis de nombreux XEE (UNITÉ DE TEMPS ÉQUIVALANT À LA TRANSLATION D’UMMO AUTOUR DE NOTRE ASTRE CHAUD IUMMA), au sujet du XAAXADOO (chromosome) sauf en ce qui concerne les chaînes protidiques et leur fonction dans le chromosome, domaine où vous commettez quelques erreurs.

…/…

On doit à notre scientifique AOYOO 221, fils d’AOYOO 217 d’avoir découvert le mystère de ce processus biogénétique. On avait découvert depuis longtemps que dans l’encéphale de l’homme il y avait des atomes de krypton (un gaz noble que vous connaissez) et il parvint à révéler la transcendance de cette découverte. Il s’agissait tout simplement de l’OEMBUAW, TROISIÈME FACTEUR DE L’HOMME, que vous ne connaissez pas et qui exerce la fonction de trait d’union entre l’ÂME et le CORPS (BUAWAA et OEMII). 69 XEE auparavant [18 mois terrestres environ NdT], INNAI 3, fils d’INNAI 2, en réalisant des expériences de fécondation en laboratoire avec des spermatozoïdes d’AAGA IEGOSAA (antropoïde ressemblant aux singes terrestres) sur des ovules de YIE (femelle humaine), avait pu vérifier la position spatiale des atomes composant un sucre que les chimistes terrestres appellent désoxyribose et que nous connaissons comme UUDUA GOO. Les molécules de ce sucre se trouvaient à l’intérieur du noyau de l’ovule de la femme. Il fut stupéfait de découvrir la présence de nombreux atomes de Krypton . 58-2f8 Ceux-ci se trouvaient aux extrémités de la chaîne hélicoïde de l’acide DÉSOXYRIBONUCLÉIQUE en formant plusieurs paires (figure 58-2f8) (au total 86 ensembles bi-atomiques) qui tournaient sur des orbites communes et les plans orbitaux, sensiblement parallèles, jouissaient d’un AXE commun (l’axe A-B sur la figure 58-2f8). Cet axe décrivait en même temps un mouvement vibratoire harmonique dont la FRÉQUENCE ET L’AMPLITUDE étaient fonction de la TEMPÉRATURE (0,2 Mégacycles pour une température de 35° centigrades terrestres). On n’avait pu jusqu’à présent détecter de telles séries ordonnées d’atomes de gaz KRYPTON que dans les cellules germinales de l’homme et chez les animaux pluricellulaires; mais plus tard la découverte fut étendue au reste des cellules. Comment se fait-il que nous n’ayons pas découvert plus tôt ces atomes ? Il faut tenir compte du fait que même s’il s’agit de 86 atomes, ces chiffres sont infimes pour pouvoir être facilement contrôlés et détectés. Souvenez-vous que dans un millimètre cube de gaz Krypton très raréfié on peut compter statistiquement jusqu’à un chiffre de l’ordre de mille millions d’atomes libres. La première hypothèse de notre scientifique fut d’identifier ce krypton avec l’OEMBUAW (troisième facteur de l’homme déjà cité) mais à sa grande surprise il ne trouva aucun symptôme de codage électronique dans ses niveaux énergétiques subatomique. Les travaux durèrent neuf XEE jusqu’à ce qu’AOYOO-221 commence ses recherches. Lui-même avait formulé au début une première hypothèse qui s’écroula piteusement, mais il eut la gloire de découvrir enfin le vrai sens de la fonction du de l’AAYIODUU, comme nous appelons la séquence de 86 atomes de KRYPTON.

…/…

LA FONCTION BIOGÉNÉTIQUE DU BAYIODUU (SÉRIE D’ATOMES DE KRYPTON) Au début AOYOO 221 était convaincu que ces atomes de krypton étaient inactifs dans les cellules sexuelles de tous les êtres vivants. Il pensait que ces atomes formaient un dépot d’où ils migraient, dans les futures générations, vers l’encéphale ou cerveau pour former l’OEMBUAW (troisième facteur de l’homme). Pour démontrer la viabilité de son hypothèse il prit des cellules germinales masculines (spermatozoïdes) de 134 espèces de vertébré pour effectuer une analyse détaillée. La stupeur des spécialistes qui aidaient AOYOO 221 fut extraordinaire quand ils réalisèrent une analyse de la répartition électronique de ces atomes de KRYPTON. Comme vous le savez, les électrons occupent à chaque niveau sousatomique des positions instantanées dont la fonction est régie par le hasard. Il existe un principe d’indétermination suivant lequel chaque électron se situe en des points distincts sans être régi par aucune loi (nous appelons ces positions IBOZOO WOO et il ne faut pas les confondre avec le concept de point mathématique dans un espace tridimensionnel .

Mais dans les atomes en question, les positions étaient de toute évidence régies par un synchronisme déconcertant. Les atomes homologues dans les chaînes du BAAYIODUU des différents spermatozoïdes présentaient une répartition semblable et synchrone. Ils ressemblaient à des pendules qui fonctionnaient à l’unisson, comme s’ils étaient liés par d’occultes émissions de radiation qui stimulaient un tel comportement ou comme si un mystérieux phénomène de résonance obligeait tous les électrons à être régis par le même modèle. On pouvait peut-être penser que la proximité des cellules étudiées était responsable de cet effet de résonance. Mais par la suite on découvrit que tous les êtres vivants d’UMMO se comportaient de la même manière dans leur BAAYIODUU.

…/…

Nous vous indiquerons aussi que quelques IBOZOO DAO (NOEUDS) étudiés ont révélé jusqu’à 200 000 possibilités de mutations et on pense que le chiffre limite peut atteindre dans certains NOEUDS jusqu’à 18 millions de MUTATIONS possibles codées dans les atomes de KRYPTON.

…/…

Chaque changement d’un électron au sein d’une sous-couche orbitale parmi les huit qui existent dans l’atome de KRYPTON, code un PHYLUM (ou XUU).

…/..

Le BAAYIODUU est composé de 86 atomes doubles de krypton (l’expression « atome double » serait incorrecte pour un spécialiste terrestre, mais il faut tenir compte des difficultés de traduction au moment de réaliser une version de nos termes scientifiques dans vos langues terrestres). Par exemple l’étymologie de notre phonème NIIO AA qui tend à exprimer la même chose qu’ « ATOME » est très différente. Non seulement ses racines n’ont rien à voir avec les racines grecques (INDIVISIBLE) mais de plus ce mot NIIO AA nous sert aussi pour parler d’une molécule chimique ou d’un petit groupe d’atomes non liés entre eux. Une telle confusion est issue de conceptions physiques différentes car nous, nous concevons les particules sousatomiques comme de simples changements d’axe dans un réseau pluridimensionnel, liées à une fonction probabiliste.

…/…

C’est le cas des paires de krypton dans le BAAYIODUU, des deux atomes liés à l’axe, l’un d’eux code l’information stéréotypée du code biogénétique. Exprimé en termes plus didactiques : il enferme un message qui lui a été fourni depuis l’origine de l’Univers (Nous pouvons démontrer que le WAAM ou Cosmos n’est pas CYCLIQUE). Un peu comme un dictionnaire terrestre ou un manuel (Je parle particulièrement pour une paire des 86 atomes); une page de ce dictionnaire de 43 feuilles où sont résumées et cataloguées TOUTES LES FORMES POSSIBLES D’ÊTRES VIVANTS compatibles avec les lois biogénétiques universelles.

…/…

Ainsi quand nous disons que dans le BAAYIODUU, les atomes de Krypton tournent par paires en orbites elliptiques ou quand nous nous référons aux « sauts » électroniques au sein d’un niveau énergétique ou souscouche atomique, nous utilisons un langage symbolique. Vous devez tenir compte que toute la structure de la Mécanique Quantique créée par les Physiciens de la Terre est une véritable entéléchie (ndt: être philosophique hypothétique) qui n’a pas de base réelle. Par exemple nous allons vous citer un concept qui est familier aux physiciens terrestres : le SPIN DE L’ÉLECTRON.

…/…

Nous signalons avant tout qu’il n’y a pas qu’un seul atome qui code toutes les formes possibles d’êtres vivants du WAAM mais 86 NIIO AA (ATOMES ) de KRYPTON que nous appelons BAAIGO EIXAE (décodeurs). Leurs électrons, en occupant à chaque instant des milliers de millions de positions différentes (LE CHIFFRE TEND EN RÉALITE VERS L’INFINI), sont capables de condenser cette énorme information.

33-3 Les premiers envoient -convenablement codifiés – autant de messages que peut fournir le système nerveux cortical. Toutes les images optiques, acoustiques, olfactives, reçues par les neurones connectés aux organes des sens, provenant des stimuli du monde extérieur, toutes les images emmagasinées dans la mémoire, tout le développement des processus mentaux qui se trouvent dans le Réseau neuronal du cortex cérébral que vous ne connaissez pas, appelés BIAMOAXII où se produit une réaction chimique exothermique qui, en libérant de la chaleur, excite l’état quantique d’un réseau d’atomes libres d’HÉLIUM. En somme, il se produit quelque chose comme si se transmettait une espèce de code Morse jusqu’à un petit émetteur qui est l’HÉLIUM. Il se produit alors un effet cortical de résonance entre la couronne électronique des atomes d’hélium et ceux de KRYPTON (1) et celui-ci à son tour transforme le code reçu en un autre aux caractéristiques semblables. (nous pourrions dire avec raison : INTELLIGIBLE pour LE BUUAWAA (ÂME)). Vous pouvez observer, en suivant l’exemple antérieur, que l’atome de KRYPTON assume les fonctions d’une espèce de RÉCEPTEUR de télévision ou de radio-diffusion qui reçoit et qui ÉMET à l’ÂME dans un langage que celle-ci est seule à connaître, quand cela se produit sur l’OEMII (HOMME) et dans le milieu qui l’entoure.

Les atomes UAXOO (CAPTEURS ET RÉCEPTEURS), au contraire, en suivant un processus inverse, envoient au corps humain une série d’instructions issues de l’âme. Elles sont du type de celles que découvrit NOI 3 en l’année 315. (Il faut observer que ce fut une chance qu’il se soit agi d’un atome récepteur UAXOO pour cette première découverte, c’est-à-dire que le code du nuage électronique précède les réactions de l’organisme – à l’inverse des émetteurs AAXOO – et ceci permit d’induire l’existence du BUUAWAA (ÂME), comme origine des mouvements électroniques harmoniques). Nous répétons que le processus est inverse. Les messages du KRYPTON sont reçus par des millions d’atomes d’HÉLIUM et ce en modifiant leurs états IBOOAYA NUIO [L] (QUANTIQUES) pour que ceux ci irradient un « QUANTUM » de fréquences inférieures à celles de la LUMIÈRE (RADIATION INFRAROUGE). A partir de là, un autre type de neuro-organes inconnus des physiologistes terrestres, travaillent sous une forme semblable aux couples thermoélectriques et transforment les messages thermomodulés en impulsions nerveuses canalisées par un réseau de Neurones. Ces neuro-organes recurent la dénomination phonétique sur Ummo de BIAEMOOXEA et étaient distribués dans les aires motrices des deux lobes frontaux, mais spécialement dans les aires situées derrière et sous le Grand Sillon Central.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s